Café Cantina
Par Collaborateur PJ

Démarrer sur les chapeaux de roues

«Boom!» Dès le premier jour, le succès de La Cantina a été explosif pour les propriétaires Marianne Larochelle et Serge Landau. Un «boui boui»: tel est le terme privilégié par Marianne pour décrire l'atmosphère conviviale et animée que le couple voulait évoquer dans leur taquería mexicaine d'inspiration californienne ouverte en 2010 sur la rue Centre, à Pointe St-Charles.

«Nous voulions créer un restaurant mexicain avec une fraîcheur et une orientation santé à la californienne à des lieux de la cuisine mexicaine grasse que l'on retrouve ici», explique Marianne.

Si ce succès instantané a donné raison à l'intuition, aux recherches et aux aspirations créatives de Serge et Marianne, ceux-ci n'étaient pas conscients des subtilités associées à la gestion d'un restaurant. «La première année a été très difficile. Tout s'est passé si vite et nous étions mal organisés. Ça nous a pris un certain temps pour trouver notre rythme.»

Nous voulions créer un restaurant mexicain avec une fraîcheur et une orientation santé à la californienne et des ingrédients locaux. - Marianne Larochelle, propriétaire
Cuisine mexicaine à la californienne, burritos, tacos, à emporter, végétalien.

Les hauts et les bas de la gestion intuitive

Ce qui les a sauvé fut assurément leur amour pour la nourriture sans prétention, colorée et abordable, leur capacité à expérimenter avec les saveurs et leur expérience de travail en tant qu'équipe créative. Marianne vient du Québec, Serge est de Paris et les deux se connaissent depuis longtemps. Le couple d'entrepreneurs a envisagé ouvrir un restaurant français en Californie, une cuisine très prisée dans cette région. Ils ont vécu en Californie pendant 6 ans avant de déménager à Montréal pour réaliser leur vision, qui prenait progressivement forme.

La Cantina accueille à la fois les carnivores et les végétaliens, à l'image des habitudes alimentaires respectives de Serge et Marianne. Ils servent de la viande et des versions entièrement végétales des plats emblématiques de la cuisine mexicaine, comme les burritos, les tacos et les quesadillas.

Une fois à l'intérieur, vous pourrez observer l'art minutieux de Serge dans la cuisine ouverte avant de déguster le résultat final; celui-ci fait en sorte que chaque bouchée offre une explosion de saveur et de fraîcheur et ce, à bon prix.

Serge et Marianne se procurent leurs aliments au marché Atwater et achètent autant de produits biologiques que possible. Leurs plats du jour mettent en valeur des ingrédients saisonniers et leur instinct créatif et expérimental.

À La Cantina, sans aucune expérience précédente en restauration si ce n'est son héritage culinaire français, Serge est à la tête de la cuisine tandis que Marianne s'occupe du côté humain. Marianne aime aussi la pâtisserie. Avant l'ouverture du restaurant, elle pensait pouvoir faire plus d'expérimentations dans le domaine. «Je rêvais de réaliser toutes sortes de gâteaux - différents de jour en jour - mais les gens revenaient constamment pour les mêmes choses!» Les gâteries les plus populaires de Marianne sont ses macarons à la noix de coco.

Cuisine mexicaine à la californienne, burritos, tacos, à emporter, végétalien

S'entourer d'art

À l'origine, Serge était le gérant de Marianne, la guidant dans sa carrière de photographe et de professeure de yoga. Marianne se spécialise dans la photographie artistique. Même si elle a mis sa carrière de photographe en veilleuse pour se concentrer sur la restauration et le yoga, elle «aime être entourée par des artistes; il y a tellement de talent dans cette ville», dit-elle.

Tous les trois mois, La Cantina met en vedette un artiste différent. Les murs de La Cantina sont en outre tapissés de murales. Ces œuvres peintes du plancher au plafond sont le résultat d'une collaboration entre trois artistes anglophones de la région car Marianne juge que «les anglophones ont peu d'opportunités de montrer leur travail à Montréal.»

Cuisine mexicaine à la californienne, burritos, tacos, à emporter, végétalien
Fermer le menu
Inscrivez-vous à l'infolettre PJ