Comprendre l'apnée du sommeil

Les nuits ne sont guère reposantes si vous souffrez d'apnée du sommeil, une maladie chronique et parfois dangereuse au cours de laquelle votre respiration s'arrête littéralement - et à plusieurs reprises - pendant le sommeil. Quelques changements de mode de vie et une machine simple sont peut-être les seules choses dont vous ayez besoin pour la contrôler. Ces lignes directrices vous mettront sur la bonne voie.

Comprendre l'apnée du sommeil

1. Ce qui se passe

On estime que quelque 1,2 millions de Canadiens souffrent d'apnée du sommeil, pourtant beaucoup ne savent pas réellement qu'ils en sont atteints. Voici pourquoi: même si vous souffrez d'apnée du sommeil, vous respirez normalement pendant la journée.

  • C'est seulement la nuit, quand vous vous endormez, que votre respiration s'arrête - parfois pendant 10 secondes, parfois pendant une minute ou plus.
  • Il est possible que vous vous mettiez à ronfler bruyamment ou même à lutter pour trouver de l'air lorsque le niveau d'oxygène dans le sang commence à tomber.
  • Votre seule réaction sera de vous réveiller brièvement - si brièvement, en fait, que vous ne vous en rappellerez pas le lendemain matin - et de vous rendormir immédiatement.
  • Ce cycle peut se répéter de nombreuses fois au cours de la nuit (dans certains cas, jusqu'à cent fois en une heure), vous empêchant de sombrer dans un sommeil profond et vous laissant épuisé la journée suivante.

Les conséquences excèdent la simple fatigue.

  • À cause de l'apnée du sommeil, vous avez deux à trois fois plus de risques d'avoir des accidents de voiture que ceux qui bénéficient d'un sommeil normal.
  • Pire encore, l'accumulation de dioxyde de carbone dans le sang peut vous exposer à des risques d'hypertension artérielle ainsi qu'à d'autres risques pour la santé, y compris une crise cardiaque ou un AVC.

La forme la plus courante de la maladie, l'apnée obstructive du sommeil (AOS), se produit lorsque les tissus présents dans les voies respiratoires se détendent et «s'affaissent» pendant le sommeil, bloquant le passage de l'air.

  • Toute personne avec un sérieux embonpoint est particulièrement sujette à cette pathologie, tout comme les hommes et les personnes de plus de 65 ans.
  • Si vous dormez sur le dos ou que vous avez des liens familiaux avec une personne atteinte d'apnée du sommeil, vous avez aussi un risque accru de développer cette maladie.

Beaucoup moins de personnes souffrent d'une autre forme appelée apnée centrale du sommeil (ACS). Bien que les symptômes soient les mêmes que pour l'OSA, on pense que cette forme se manifeste lorsque le cerveau ne parvient pas à envoyer des «signaux de respiration» à vos muscles respiratoires.

2. Les premières démarches

Perdre du poids en faisant plus d'exercice et en adoptant une alimentation saine. L'obésité est la principale cause de l'apnée du sommeil.

  • Évitez de consommer de l'alcool et des calmants au moment du coucher pour empêcher les muscles de la gorge de trop se relâcher.
  • Dormez soit sur le côté ou sur le ventre, non sur le dos, pour maintenir les voies respiratoires dégagées.
  • Utilisez un appareil CPAP pour améliorer la respiration pendant le sommeil.

3. Reprendre le contrôle

  • Surélevez la tête de lit de 10 à 15 centimètres (quatre à six pouces) à l'aide de briques ou de livres épais. Cela permet d'éviter les brûlures d'estomac, le plus courant facteur déclenchant de l'apnée.
  • Maîtrisez votre rhume des foins, soit en évitant les allergènes soit en utilisant des antihistaminiques non sédatifs pou réduire la congestion. Les symptômes liés à l'allergie provoquent souvent une aggravation de l'apnée et des ronflements.
  • Évitez de consommez un repas lourd avant de vous coucher car les problèmes de respiration n'en seront que pires.
Le contenu mis de l'avant sur ce site se veut un élément d’information ayant pour but de vous informer ou de vous outiller, mais ne devrait jamais servir de substitut à l'avis d'un professionnel. L'utilisation de ce site est sujet à nos conditions d'utilisations et déclaration de confidentialité.
Fermer le menu