Funérailles militaires : 4 éléments à connaître

Que vous planifiez des funérailles militaires ou deviez y assister, découvrez en quoi les funérailles militaires diffèrent des funérailles civiles avec les 4 éléments suivants.

Funérailles militaires : 4 éléments à connaître

L’armée est reconnue pour sa structure stricte. Cependant, plusieurs concessions sont possibles quand vient le temps de planifier les funérailles d’un soldat tombé au combat. Afin d’honorer la mémoire du soldat et de respecter tant le défunt que sa famille, les responsables militaires sont prêts à tout.

1. L’armée n’impose pas sa présence

L’armée n’imposera jamais de coutumes typiques des funérailles militaires à la famille endeuillée. La famille du défunt peut choisir le niveau d’implication de l’armée dans la planification, la cérémonie et l’enterrement.

  • Dans la plupart des cas, la famille du soldat décédé permettra une certaine implication de l’armée en raison des liens étroits unissant les soldats à leur unité et aux autres soldats.

2. Implication de l’aumônier militaire

Lorsque les forces armées planifient l’enterrement pour la famille, ils fournissent un aumônier militaire pour mener la cérémonie ou jouer un rôle consultatif auprès de la personne choisie par la famille.

  • L’aumônier militaire s’assure que le défunt reçoit les honneurs appropriés, tel que draper le drapeau sur le cercueil, plier correctement le drapeau par la suite et présenter correctement les médailles sur un coussin placé sur le cercueil.
  • Contrairement à la tradition américaine, où l’on tire 21 coups, les coups de fusil sont généralement absents des services militaires canadiens.
  • Tandis que le corps est enterré, la chanson «Last Post» est jouée sur un clairon.

3. Qui paie pour un enterrement militaire?

L’armée canadienne cherche à «faire tout ce qui doit être fait» pour couvrir les frais de l’enterrement d’un soldat tué en service.

  • Les responsables militaires affirment que le soutien fourni est inconditionnel et qu’ils feront le nécessaire pour mener correctement le soldat tombé à son dernier repos. Cependant, une grande partie des coûts doit être défrayée par la famille.
  • Généralement, les familles doivent elles-mêmes payer les frais d’obsèques, puis déposer une demande de remboursement. Cela ne fonctionne pas toujours.
  • Beaucoup de familles disent avoir été flouées. Les responsables militaires refusent de confirmer ces allégations, mais si celles-ci s’avéraient véridiques, des mesures correctives seraient entreprises.

4. Qu’est-ce que la loi dit?

Les règlements actuels affirment que l’armée doit payer environ 4 700$ pour les frais d’obsèques d’un soldat tombé au combat. Cela exclut la pierre tombale et le lot au cimetière.

  • Cependant, le coût moyen d’un enterrement est d’environ deux fois ce montant.
  • Les responsables militaires travaillent à augmenter l’allocation de sépulture pour soulager les familles de ce fardeau supplémentaire.

En règle générale, les funérailles militaires sont plus protocolaires que des funérailles civiles, mais tout dépend de la famille et du niveau d’implication de l’armée qu’elle souhaite. Si vous assistez aux funérailles seulement, informez-vous simplement à l’avance du niveau de protocole à respecter lors de la cérémonie.

Le contenu mis de l'avant sur ce site se veut un élément d’information ayant pour but de vous informer ou de vous outiller, mais ne devrait jamais servir de substitut à l'avis d'un professionnel. L'utilisation de ce site est sujet à nos conditions d'utilisations et déclaration de confidentialité.
Fermer le menu