Quoi faire pour éviter de vous retrouver avec un mauvais locataire

Vous voilà propriétaire d’un immeuble locatif. Voici quelques trucs pour vous assurer de ne pas être aux prises avec un mauvais locataire.

Quoi faire pour éviter de vous retrouver avec un mauvais locataire

Soyez plus sage que le corbeau de la fable…

Certains aspirants locataires sont comme le renard de la célèbre fable de La Fontaine. Ils se présentent avec de bonnes manières et des paroles flatteuses. Mais ne vous fiez pas seulement aux apparences, car vous devrez vivre avec votre choix, pour le meilleur et, parfois, pour le pire.

Lorsque le locataire abusif dérange les voisins en faisant jouer sa musique à tue-tête à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, c’est déjà assez déplaisant. Mais lorsque les problèmes occasionnés par un mauvais locataire sont liés au non-paiement du loyer, ou qu’il saccage le logement avant de prendre la poudre d’escampette, la chose est plus difficile à avaler.

Une enquête en bonne et due forme

Pour toute location de logement, il est impératif d’effectuer une enquête de prélocation. Vous pouvez faire une vérification de crédit, à condition d’avoir obtenu le consentement écrit de l’aspirant locataire. Il est également recommandé de demander des références d’anciens propriétaires afin d’avoir une meilleure idée du genre de personne à qui vous avez affaire.

Certaines corporations ou ligues de propriétaires offrent des services d’enquêtes de prélocation plus poussées. Elles peuvent notamment vérifier si un individu a déjà été condamné pour non-paiement de loyer. Vous pouvez devenir membre de ces corporations moyennant une cotisation annuelle. Elles offrent:

  • un service de soutien aux nouveaux propriétaires;
  • un accès à des services juridiques;
  • des publications et de nombreux outils.

Quand le mauvais locataire est déjà chez vous…

Avec tout le tact et la diplomatie dont vous êtes capable, discutez du problème à résoudre avec la personne afin de trouver une solution qui convienne aux deux parties. Accordez-vous sur les démarches et les délais nécessaires, le cas échéant. S’il y a refus de coopérer, passez à l’étape suivante sans trop tarder. Envoyez une mise en demeure par courrier recommandé. Si cela ne porte pas fruit, faites appel aux services d’un avocat en droit locatif et immobilier. Les cas de résiliation de bail et d’expulsion des occupants sont complexes et demandent l’aide de professionnels.

Des coûts onéreux

Pour vous débarrasser de votre mauvais locataire, vous devriez vous attendre à débourser quelques milliers de dollars. Les frais couvrent:

  • le courrier recommandé;
  • le travail de l’huissier pour signifier les avis, pour les procédures et l’expulsion;
  • les notes d’avocat;
  • les loyers impayés;
  • la remise en état du logement;
  • les frais de relocation.

La morale…

Comme dans la fable du corbeau et du renard, vous pouvez retenir une morale. Mieux vaut perdre deux ou trois mois de loyer pour trouver un bon locataire plutôt que de louer votre logement rapidement, et perdre beaucoup d’argent et d’énergie à faire expulser un mauvais locataire!

Le contenu mis de l'avant sur ce site se veut un élément d’information ayant pour but de vous informer ou de vous outiller, mais ne devrait jamais servir de substitut à l'avis d'un professionnel. L'utilisation de ce site est sujet à nos conditions d'utilisations et déclaration de confidentialité.
Fermer le menu