5 médicaments et options pour traiter l'insomnie

Si l'heure du coucher est une bataille et non pas un moment de bonheur, voici les mesures qui pourraient vous aider.

5 médicaments et options pour traiter l'insomnie

1. Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

  • Si vous souffrez d'insomnie depuis longtemps, il est probable que vous ayez développé des habitudes liées au sommeil qui perpétuent votre problème.
  • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une forme de thérapie par la parole qui vise à briser le cycle.
  • La TCC vous entraîne à vous préparer à dormir à l'heure du coucher et d'arrêter de stresser lorsque le sommeil ne vient pas.
  • Une étude menée auprès de 63 personnes souffrant d'insomnie a révélé que la TCC fonctionne mieux que les somnifères vendus sous ordonnance pour aider les gens à s'endormir et à rester endormis.
  • La thérapie a également réduit de moitié la quantité de temps pour s'endormir.
  • Après un an, la plupart des membres du groupe de thérapie profitaient encore de ces avantages de sommeil.

2. Les somnifères les plus récents

  • Les nouveaux somnifères largement annoncés, y compris le zolpidem, le zaleplon et l'eszopiclone, sont moins susceptibles de causer des effets secondaires.
  • Une étude a révélé que les personnes qui ont pris des somnifères prescrits ont bénéficié de très peu d'avantages objectifs.
  • Gardez à l'esprit qu'aucun somnifère n'est destiné à être pris à long terme.
  • Les études avertissent que peu de médicaments d'ordonnance contre l'insomnie ont été testés dans les études à long terme pour une durée d'un an ou plus, et pourtant beaucoup de personnes en prennent pendant des années.

3. Mélatonine

  • La mélatonine est produite par la glande pinéale et aide à réguler votre cycle veille-sommeil.
  • Selon les experts, elle peut aider modérément contre l'insomnie due au décalage horaire ou le travail par postes.
  • Puisque les effets à long terme de la mélatonine n'ont pas été étudiés, les experts mettent en garde contre l'utilisation quotidienne.
  • Faites preuve de prudence même avec l'utilisation à court terme. En prendre trop peut causer des troubles de sommeil, de la fatigue diurne, des maux de tête, des étourdissements et l'irritabilité.

4. Antihistaminiques

  • Près d'un quart des personnes souffrant d'insomnie essayent des antihistaminiques en vente libre pour passer une bonne nuit de sommeil.
  • Des antihistaminiques plus anciens peuvent rendre somnolent, alors ils peuvent aider à s'endormir rapidement.
  • Mais, ces médicaments peuvent causer une somnolence pendant toute la journée et ils ne sont pas destinés pour une utilisation à long terme.
  • Ils peuvent même provoquer des pensées brumeuses et le délire chez les personnes âgées.
  • Les antihistaminiques peuvent également provoquer la constipation, la rétention urinaire et une vision floue.

5. Les benzodiazépines

  • Ces sédatifs, comme l'alprazolam, le chlordiazépoxide, le diazépam et le lorazépam, soulagent l'anxiété et détendent les muscles.
  • Dans certaines études, ils ont aidé les personnes à s'endormir 11 minutes plus tôt et à rester endormis 48 minutes de plus.
  • Les benzodiazépines peuvent créer une dépendance.
  • Leur utilisation a été liée à la fatigue durant la journée, la confusion et un risque plus élevé d'accidents de la route, des chutes et des fractures.
  • Consultez votre médecin avant de commencer tout nouveau médicament.

Vous regardez le plafond pendant la nuit? Vous n'êtes pas seul(e). On estime qu'un adulte sur trois connaît des difficultés à s'endormir ou à rester endormi au moins une nuit par semaine. Mais, grâce à ces aides de sommeil, vous pourriez arrêter de regarder et commencer à dormir.

Le contenu mis de l'avant sur ce site se veut un élément d’information ayant pour but de vous informer ou de vous outiller, mais ne devrait jamais servir de substitut à l'avis d'un professionnel. L'utilisation de ce site est sujet à nos conditions d'utilisations et déclaration de confidentialité.
Fermer le menu